Lost In… Orientation : L’enseignement privé, bonne ou mauvaise idée ?

Accueil » Toutes nos actualités » Lost In… Orientation : L’enseignement privé, bonne ou mauvaise idée ?

Vous avez besoin d’astuces pour guider votre enfant ? Vous êtes au bon endroit. Le podcast Lost In… Orientation vous donne des conseils concrets et vous aide à mieux comprendre l’univers de l’enseignement supérieur.

L’enseignement privé, c’est quoi exactement ? Quels sont les parcours possibles ? Comment faire le bon choix ? Dans cet épisode, notre invitée Anne Cirier, Coach d’orientation scolaire et professionnelle, vous livre ses conseils efficaces pour optimiser la réussite de votre jeune !

#7 L’enseignement privé, bonne ou mauvaise idée

Avec Anne Cirier, coach d’orientation scolaire et professionnelle

#7 L’enseignement privé, bonne ou mauvaise idée ?

Avec Anne Cirier, Coach d’orientation scolaire et professionnelle

Quand on parle de l’enseignement supérieur privé, on parle de quoi finalement ?

  • 18 % des étudiants sont inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur privés
  • Quand on parle de privé, on ne parle pas que d’écoles mais aussi d’universités, les fameuses Cathos, par exemple (cinq en France)

Privé et public concernent tous les thèmes de formation ? A-t-on toujours le choix entre le public et le privé ?

  • Pour certaines formations, pas de choix (comme le droit ou la médecine par ex) l’étudiant doit se tourner vers l’université et donc principalement vers le public
  • Les études de commerce se font principalement en écoles privées mais également au sein des universités : les IAE
  • Quant aux ingénieurs, le choix est vaste entre privé et public

Entre école et diplôme d’université, lesquels ressortent le plus dans les classements ?

  • Cela dépend des thématiques
  • Certaines universités publiques sont très bien cotées comme la Sorbonne, ASSAS, Nanterre etc.
  • Des Écoles d’ingénieur publiques post bac sont également cotées
  • Les écoles de communication privées sont souvent plus proches du terrain et donc plus cotées auprès des recruteurs  (Sup de Pub par exemple) que les licences Info-com

La vraie différence entre l’enseignement public et privé ? L’approche pédagogique ?

  • La Licence publique est pensée pour une poursuite d’études en master : niveau académique plus poussé, mais aussi plus d’anonymat avec un système d’accompagnement de masse, difficile d’être à l’écoute de chacun.  Pas le même investissement des étudiants qui ont moins d’obligations et ont moins investi financièrement
  • Le Bachelor est professionnalisant et ne débouche pas forcément sur une poursuite d’études : Semestre à l’étranger, pédagogie souvent plus innovante, petites classes, place importante des stages,  vie associative plus forte = plus de professionnalisation, cours donnés par des profs professionnels ce qui assure une meilleure employabilité
  • La licence privée est un mix des deux

Et côté accès ? Quels sont les systèmes de sélectivité pour le public VS le privé ?

  • Pour les écoles privées, souvent un concours d’entrée, alors que l’université publique est censée être ouverte à tous. Les licences cotées et les double licences peuvent être cependant très sélectives. Tous les chiffres en termes de sélectivité sont mis à disposition des candidats. Cette année, certaines universités même publiques proposaient des sélections souvent sur entretien. 
  • Par contre, la sélection dans l’enseignement supérieur public se fait dans les années suivantes. Taux de réussite en public relativement bas : ex :  20% médecine en 1ère année, 54% en droit (VS 80% en Droit à la Catho de Lille )
  • Certains concours proposés par des écoles privées ne prennent pas en compte le dossier, ce qui peut aussi être une opportunité pour des jeunes qui n’ont pas de très bons dossiers ou qui ont d’autres qualités/soft skills que le système scolaire ne révèle pas forcément 😉 ! 
  • Une école qui n’est pas sur Parcoursup ne veut pas dire qu’elle a une moindre sélectivité, les écoles privées ont chacune leur mode d’admission propre

En fonction du profil de l’étudiant, n’est-il pas pertinent de privilégier l’option université publique ou plutôt l’option école ?

  • Université : idéale pour les jeunes autonomes, qui ont envie de travailler de façon plus abstraite, ne cherchent pas une ambiance et puis certaines formations ne laissent pas de choix (médecine, droit) – Pour rappel, à l’Université publique, on peut n’être présent qu’aux TD et ne même pas venir aux examens. (ex : Médecine avec des prépa)
  • Privé : plus d’accompagnement, plus adapté pour les jeunes qui ont besoin de concret, qui ont des envies d’international etc.

Quand un thème de formation est accessible en public et en privé, comment choisir ?

  • La notion de public/privé est un critère parmi tant d’autres ! C’est au futur étudiant de définir ce qui est important pour lui et ses chances d’intégration : La renommée de l’établissement, la ville d’implantation, la sélectivité, l’encadrement, les stages, l’international, et le prix bien sûr… 
  • Bien se renseigner avant, surtout en allant aux JPO (Journées Portes Ouvertes) et en consultant Parcoursup : une mine d’or.. (attention toutes les formations ne sont pas toutes sur Parcoursup)
  • Dans le système universitaire, après les 3 ans de licence, le jeune candidat peut entrer en master via une nouvelle sélection. La plateforme “trouvermonmaster”  (l’équivalent de parcoursup pour les masters) va voir le jour en 2023
  • Ça peut boucher au moment d’entrer en master et même avec un bon dossier notamment en  droit, staps  et psycho : l’info est clé pour soigner son dossier académique et ne pas hésiter à faire des stages

D’ailleurs, y-a-il des passerelles entre public et privé, entre fac et école ?

  • Côté université : attentoin, c’est parfois plus difficile d’intégrer le public quand on vient du privé.
  • Côté école de commerce, ça marche très bien. On peut tout à fait se réorienter en cours d’année et grâce aux rentrées décalées, ne pas perdre d’année. De nombreux jeunes venant du public intègrent des écoles de management privées après un BTS ou un BUT.
  • Inversement, attention : vérifier que l’école privée est reconnue par l’état et propose bien 60 crédits par an (ECTS) sinon on risque d’être bloqué dans les équivalences par la suite.

Combien coûte une année d’études dans le privé VS l’université ?

  • Le coût de l’étudiant pour une année en université ou en école est le même. La différence, c’est la prise en charge. Dans le public, c’est l’état, il reste 170 euros à la charge des familles. Dans le privé, le coût d’une année en moyenne est de 3000 à 13 000 euros environ sans compter le logement éventuel mais il existe pas mal d’options de financement.
  • L’alternance par exemple, très prisée des entreprises car le jeune est opérationnel (prise en charge de la formation par les entreprises), bourses, emprunts et jobs étudiants etc. Le privé permet en général un très bon taux d’insertion professionnelle, ce n’est pas une option à négliger. C’est avant tout à voir comme un investissement avec un bon retour sur investissement.

Pour terminer, si on veut se renseigner par thématiques d’études sur les options existantes entre privé et public, où trouver de l’info ? 

  • De nombreux sites sont dédiés à l’orientation : Onisep, L’étudiant, Les métiers, Studyrama.
  • Les palmarès de l’Etudiant, le Figaro, Studyrama permettent au delà du classement de zoomer sur les caractéristiques de l’établissement et notamment son statut public/privé.

Épisode animé par Florence HAXEL, avec Anne Cirier, coach d’orientation scolaire et professionnelle. Réalisé par Alexandre LIAUBET.

Mis à jour le 7 décembre 2022