Alumni STORIES – VOL.1 | devon hyver

Accueil » Toutes nos actualités » Alumni STORIES – VOL.1 | devon hyver

« No pain, no gain. A compétences égales, c’est tout l’investissement qu’on met dans son travail qui permet de se différencier.« 

Alumni | IFG Paris
Programme | Master en executive management
Obtention | 2022
Ville de résidence | Vienne


Ce qui te faisait avancer étudiant, et encore aujourdhui ?

L’envie d’être le meilleur, que ce soit à l’école, ou à présent au travail. C’est intéressant d’avoir la reconnaissance de ses pairs, et de constater que tes parents sont fiers de toi. Quelle que soit la formation, ce qui compte, c’est qu’elle soit professionnalisante. Le modèle scolaire de demain devra correspondre au fait de passer moins de temps assis sur une chaise, et bien plus à se focaliser sur des actions concrètes  !


Il ne se passe jamais un mois sans que les fonctions de Devon ne l’invitent à parcourir le globe ; de l’Afrique à l’Asie, il a pour habitude de fourrer dans ses valises toujours prêtes, en plus d’un solide argumentaire sur les énergies vertes, une bonne paire de baskets : « Je cours beaucoup, et dans toutes les grandes villes d’Europe, chaque fois que je suis en déplacement ! Lors d’un bon footing, j’en profite pour écouter des podcasts économiques. » Qu’il intervienne auprès des acteurs institutionnels, industriels ou politiques pour faire l’article de l’hydrogène et de ses applications, il importe au directeur commercial de Plug Power, leader mondial des piles à combustibles, d’entretenir assidûment ses connaissances sur le secteur. Sans se prétendre écologiste dans l’âme, l’enfant de la campagne se plaît à intervenir pour un meilleur environnement sur un marché en pleine croissance en œuvrant dans le green engineering  –  une branche qui détonne autant qu’elle décarbonne. Alors qu’il s’orientait initialement vers un parcours dans l’armée, « pour le côté sportif », Devon se souvient d’une scolarité peu encensée par le corps professoral  –  « j’aimerais bien en recroiser certains, cela leur en boucherait un coin de me voir actionnaire d’une si une grosse entreprise. » Car n’étant pas du genre à ce que les alouettes lui tombent toutes rôties dans le bec, l’ancien lycéen, qui pouvait déjà compter sur ses talents d’électricien pour financer ses vacances, était conscient qu’à force de labeur et de ténacité, il saurait provoquer sa chance et sa destinée. Il ne manquait plus que la découverte de l’alternance, lors d’un BTS technico-commercial, pour puiser cette motivation qu’il tiendra pour vertu cardinale : « No pain, no gain. À compétences égales, c’est tout l’investissement qu’on met dans son travail qui permet de se différencier. »

À peine son master en marketing industriel et négociation dans l’escarcelle, encore dut-il franchir l’Atlantique pour se révéler à son plein potentiel. Dès lors, et pendant une décennie, immergé au sein de la société ABB, spécialisée dans les énergies renouvelables, et dans cette culture canadienne « empreinte d’efficacité, d’autonomie et de méritocratie », le technico-commercial ne se fit pas prier pour prendre du galon : « J’étais le plus jeune professionnel à être envoyé sur les routes, et en six mois à peine, j’avais en charge le plus gros territoire en termes de chiffre d’affaires. On m’a fait confiance très vite, et j’ai fini par prendre la direction marketing. » Mais quand la voix de son intuition se coupla à celle du cœur, quitte à faire le deuil d’un métier où il avait tout pour se plaire, Devon entreprit un retour en Isère pour y retrouver sa compagne ; il quitta ABB et intégra aussitôt Plug Power : « J’ai eu l’opportunité de rejoindre cette société américaine, avec une mentalité qui va de pair. J’étais conscient de mes compétences, mais j’avais quand même pris un gros risque en revenant ! Pour autant, je ne regrette absolument pas d’avoir suivi mes instincts. J’ai le sentiment d’être au bon endroit, au bon moment. » En parallèle de sa carrière, Devon rejoignit l’IFG dans le cadre d’un MBA exécutif ; un cursus taillé sur mesure, afin que les cours puissent s’adapter à son propre calendrier : « Ce qui m’importait avant tout, c’était la possibilité de les suivre partout, même dans un avion, et de pouvoir maintenir toutes mes obligations professionnelles. J’ai adoré le format de cet enseignement ! »

Tout en étudiant online des thématiques attenant au droit, aux ressources humaines ou encore à la finance  –  « cela valait la peine pour s’adapter au marché européen ! J’ai aussi appris à mener un meeting personnalisé en direct, à faire passer des messages difficiles »  –, Devon sut faire preuve d’humilité pour combler tout ce que sa formation généraliste de l’époque lui avait laissé en carences. Bien que dématérialisé, cet enseignement à l’IFG lui donna aussi l’occasion de quelques moments de camaraderie complice : le téméraire a noué avec cinq condisciples, disséminés sur les continents, des liens d’amicalité décidés à transcender les écrans. Aspirant désormais à ce que ses attributions chez Plug Power se déploient à plus grande échelle, c’est en filant un coup de main dans le ranch de son épouse  –  « une femme exceptionnelle ! »  –  que le jeune papa trouve son « échappatoire ». Et quand la nostalgie de cette lointaine Amérique se rappelle à son souvenir, Devon se plaît à scruter ses objectifs à l’horizon ; en entretenant l’espoir d’un jour y revenir, il se figure le galop des mustangs dans la foulée d’autres étalons.

Portrait écrit © Maison Trafalgar | Dessin aquarelle © Maison Trafalgar & Camille Romanetto 

Mis à jour le 17 octobre 2022