Comment démocratiser l’enseignement supérieur ?

Accueil » Orientation » FAQ : toutes les réponses à vos questions orientation » Comment démocratiser l’enseignement supérieur ?

Malgré le taux élevé de nouveaux bacheliers chaque année, un certain nombre n’arrive pas au bout de son parcours universitaire. Il est, ainsi, nécessaire de déterminer et appliquer des mesures pour que l’enseignement supérieur soit mieux démocratisé.

Comment préparer les lycéens à la vie universitaire ?

Il est utile de donner aux lycéens un aperçu de la vie en tant qu’étudiant universitaire, car cela évite les erreurs de parcours. En effet, il est attendu d’un étudiant qu’il soit bien plus autonome qu’un lycéen. La préparation de travaux, dossiers et exposés  sont des exemples de tâches attendues des étudiants, mais qui pourraient intimider ceux qui sortent tout juste du lycée. C’est pourquoi la préparation du Grand Oral en classe de Terminale est importante.

Ensuite, il existe d’autres aspects de la vie universitaire pour lesquels on peut préparer les lycéens à l’avance, dont le choix d’une spécialisation.

Pourquoi faut-il gérer les besoins des bacheliers techniques ?

Les différents bacs technologiques se distinguent des bacs généraux par le fait de leur spécialisation dans des matières très spécifiques. Les bacheliers technologiques ont donc moins d’options qui leur sont ouvertes, une fois dans l’enseignement supérieur du fait de leur spécialisation.

Faciliter l’accès des STS aux bacheliers techniques

L’accès aux Sections de Technicien Supérieure ( STS) est rendu difficile pour les bacheliers techniques, car beaucoup de bacheliers généraux montrent un grand intérêt pour ces filières. Une bonne partie de ceux-ci est donc réorientée vers les universités, et non les instituts spécialisés comme les STS. Pourtant, leur formation précédente les désavantage face aux bacheliers généraux. On constate donc un taux plus élevé d’échec de ces étudiants. Cela reste cependant un challenge.

En effet, on peut difficilement limiter l’accès à un parcours universitaire à des étudiants au profit d’autres. Une des mesures potentiellement efficaces est de créer des conditions permettant aux bacheliers techniques de s’adapter à leurs filières. Par exemple, ils peuvent être organisés en groupes d’études, et recevoir le soutien pédagogique qui leur est nécessaire.

Augmenter le nombre de sections de STS dans les zones en demande

Mettre sur pied de nouveaux STS au sein des localités où il en existe un besoin important, contribue à y faciliter l’accès. Notamment, cela évite aux nouveaux bacheliers de se relocaliser. Déménager dans une autre ville pour étudier n’est pas toujours une alternative pratique, notamment sur le plan financier.

Les zones telles que les banlieues se distinguent par une forte prévalence de nouveaux bacheliers techniques. Ce sont ainsi les endroits pour lesquels il est le plus avantageux de créer de nouvelles sections STS. Cette voie universitaire se présente comme une des plus populaires auprès des étudiants. Ces sections évitent donc les concurrences importantes, pour lesquelles une partie est largement désavantagée.

Pourquoi faut-il gérer les besoins financiers des étudiants ?

De manière générale, les études peuvent être onéreuses pour les étudiants. Un grand nombre de ceux-ci vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cela contribue à rendre les études moins attrayantes. Cependant, il existe différents moyens de financer ses études.

Réévaluer la valeur des bourses

Si les bourses universitaires sont une aide financière bien accueillie, elles demeurent grandement insuffisantes pour les besoins essentiels de l’étudiant. Ce dernier doit couvrir un ensemble de dépenses courantes, dont la nourriture et le loyer. Par ailleurs, l’évolution de la valeur des bourses étudiantes n’a, en effet, pas augmenté par rapport au coût de la vie.

L’étudiant est ainsi amené à consacrer plus de son temps à chercher du travail à mi-temps. À partir d’un certain seuil, cela commence à être une nuisance pour le bon déroulement des études. Le fait de devoir jongler entre trouver de l’argent et réussir les épreuves universitaires constitue un réel frein à la réussite des étudiantes.

Favoriser la création d’emplois pour étudiants

La volonté de travailler pour subvenir à leurs propres besoins est bien présente chez l’ensemble des étudiants, mais le travail vient parfois à manquer. Beaucoup de postes ne proposent pas une paie décente, ou bien des conditions de travail convenables. Une des manières de démocratiser l’enseignement supérieur serait de faciliter la recherche de travail pour les étudiants.

Construire des logements destinés aux étudiants

Créer des logements pour les universitaires contribuerait à leur faciliter la tâche de trouver un logement proche de l’université ou de l’école supérieure. En effet, dans certaines communes, de tels logements sont rares, ce qui fait augmenter le loyer moyen. En augmentant la quantité d’offres sur le marché, les prix seront plus abordables.

Planifier l’avenir post-université dans quel but ?

Bien des jeunes ne se projettent pas au-delà du moment où ils complètent leur cursus universitaire. Les aider à mieux élaborer leur vision d’avenir contribue grandement à augmenter les chances de réussite de leurs études.

Aider les jeunes à avoir un plan de vie

Les jeunes seront en mesure d’étudier jusqu’à obtention d’un diplôme spécifique si celui-ci fait partie d’un projet durable. Bien trop d’étudiants n’ont pas encore de visions très claires de ce qu’ils feront une fois leur diplôme en main. Cela peut affecter leur aptitude à suivre un parcours jusqu’à son terme. Parmi les actions envisageables, l’enseignement supérieur et les classes préparatoires peuvent les ouvrir aux différentes voies qu’un parcours étudiant spécifique peut avoir.

Soutenir les associations d’aides aux étudiants

Beaucoup d’associations et organisations œuvrent de manière bénévole pour aider les étudiants. Parmi celles-ci, on peut faire mention de l’Afev, qui est une association indépendante existant depuis 1991. Les mesures prises par l’Afev incluent des actions de mentorat et l’assistance bénévole pour les actions éducatives.L’ambition principale de ces associations est de donner des chances égales à tous les étudiants dans leur parcours universitaire. De telles initiatives peuvent rendre les études supérieures plus accessibles, si elles reçoivent le soutien nécessaire. La création d’organisations comme l’Afev, ou l’extension de celles existantes peut faciliter la concrétisation de leurs ambitions. Jusqu’ici, les actions entreprises par ces organismes ont été plus que positives.

EN SAVOIR PLUS SUR L’ENSEIGNEMENT supérieur

Mis à jour le 28 juin 2022